Info supplémentaire sur les minéraux


Minéraux en Gaspésie

Agates
La Gaspésie est renommée pour ses agates ramassées sur les plages à marée basse. Elles peuvent être orangée, blanches ou bleues, et de différentes tailles, dépendant du secteur. La plupart des agates trouvées en Gaspésie proviennent d’une formation rocheuse datant du carbonifère (il y a 295 à 355 millions d’années). Les agates y sont une composante mineure dans un conglomérat de roches souvent rougeâtres. L’érosion de ces roches les emportent dans la mer, et les agates étant plus dures que le reste de la roche, elles se brisent beaucoup moins et durent plus longtemps. La plupart étaient déjà polies par la mer il y a des millions d’années avant de devenir un constituant du conglomérat, c’est pourquoi elle sont presque toujours polies.
Voici des exemples d’agates provenant de Bonaventure et de l’Anse-à-Beaufils.

Les principaux sites reconnus pour les agates sont Coin-du-Banc, l’Anse-à-Beaufils, et Bonaventure, mais on peut en trouver sur presque toutes les plages qui longent la formation du Carbonifère montrée sur la carte suivante. On y trouve aussi des jaspes rouges et jaunes qui proviennent des mêmes conglomérats.
Exemple de jaspe rouge endore pris dans le conglomérat:
Tourisme2-conglomerat

Formation du carbonifère d’où proviennent la plupart des agates et jaspes, indiqué en orange (cliquez sur la carte pour une version agrandie):
Tourisme2-map-agates

On trouve aussi des agates à la mine d’agates du Mont Lyall et au Mont Tuzo (accès interdit sans permission), situés près du Parc de la Gaspésie. Différentes de celles trouvées sur les pages du sud de la Gaspésie, celles-ci sont formées dans des cavités laissés par des bulles de gaz suite à des éruptions volcaniques, il y a environ 350 millions d’années. Elle peuvent être grises, rouges (Mont-Lyall), ou bleues (Mont Tuzo) On peut les ramasser sous formes de géodes ou de druses, qu’il faut casser, ou préférablement faire couper. Certaines contiennent des cristaux de quartz ou d’améthyste.
Tourisme2-mont-lyall

Finalement, un autre type d’agate se trouve sur les plages entre Douglastown et Anse-à-Brillant, près de Gaspé. Elles sont blanches ou bleues. Peu polies et souvent encore attachées à la matrice rocheuse, elles ont été formées dans des failles dans un dyke. Dans une moindre mesure, on trouve aussi des agates orangées comme dans les autres secteurs de la Baie-des-Chaleurs.


Comme se forment les agates?

Bien qu’à première vue ce ne soit pas évident, il y a toutes sortes de fluides, de solutions, qui circulent dans les roches de la croûte terrestre, et ce, à des profondeurs très importantes, allant jusqu’à plusieurs kilomètres. Les vitesses de circulation ce ces fluides sont très lentes, mais il faut se placer dans une perspective de temps géologique. Ces solutions circulent, entre autres, dans les grandes fractures. Elles peuvent provenir des zones chaudes du manteau et être constituées de l’excès de vapeur d’eau d’un magma. Ou encore, il peut s’agir de l’eau qui avait été piégée dans les bassins sédimentaires profonds.
Si ces solutions sont sursaturées par rapport à certains sels ou minéraux, elles vont les précipiter. Ces belles géodes ou ces belles agates qu’on nous vend dans les boutiques de minéraux ont été formées par la précipitation de minéraux dans une cavité de la roche, à partir d’une solution. Par exemple, le quartz (SiO2) des agates a été précipité à partir de fluides sursaturés en silice. S’il y a dans ces formations rocheuses des cavités, comme c’est souvent le cas dans des roches volcaniques par exemple, le quartz va précipiter sur les parois de la cavité pour former une première couche de cristaux.
Tourisme2-formation-agates
On aura à ce stade une géode, c’est-à-dire, une cavité tapissée de cristaux. Avec le temps et la poursuite de la circulation des fluides sursaturés en silice, d’autres couches vont successivement se former. Leur composition peut varier avec des variations dans la composition des fluides. C’est ce qui produit souvent des différences de couleurs entre les diverses couches d’une agate. Certaines agates montrent une cavité centrale, comme dans l’illustration ci-dessus, simplement parce que les processus de précipitation n’ont pas été complétés jusqu’au remplissage total de la cavité.


Cuivre
La Gaspésie a été pendant longtemps une des régions où l’on y exploitait des mines de cuivres. Plusieurs anciennes mines sont situées près du Parc de la Gaspésie. La plus importante mine de cuivre en Gaspésie étant Murdochville, qui a été exploité de 1955 à 1999. Le Centre d’interprétation du cuivre de Murdochville permet de voir comment ça se passait et on peut même y visiter une ancienne galerie d’exploration, datant du début des années 1900.

Dans les résidus miniers tout juste hors du terrain de la mine, on peut trouver de la chalcopyrite, de la malachite et des scories de fonderie.


Plomb
En 1663, un père jésuite rencontre un amérindien qui lui dit qu’à Petit-Gaspé, une roche avait fondu sur le bord du feu. Il se rend sur les lieux avec des prospecteurs, mais reviennent bredouilles. Deux and plus tard, l’intendant Jean Talon apprend l’existence d’un possible gisement de plomb à cet endroit et y envoie 25 travailleurs. La mine de plomb à été exploité entre l’automne 1665 et l’automne 1666. Les travailleurs ont sorti 9000 livres de plomb de deux tranchées. Mais l’exploitation n’était pas rentable et la mine à été abandonnée. Elle a ensuite été ré-exploitée entre 1916 et 1929.

Aujourd’hui, il ne reste que les deux tranchées, et une mine souterraine (dont l’entrée est barricadée pour des raisons de sécurité).
A marée basse, longez la rive de Petit-Gaspé vers l’est, et vous trouverez une tranchée qui monte à pic dans la falaise (attention c’est très glissant). Un peu plus loin, vous trouverez l’entrée de la mine (barricadée), dans le haut de la falaise. La mine souterraine est partiellement inondée et utilisée comme refuge pour les chauve-souris. La deuxième tranchée est plus difficile d’accès, dans la forêt. (Voir la carte qui indique le site)
Si jamais vous trouvez des fragments de galène (minerai de plomb), laissez-les en place. Il est interdit d’en ramasser, puisque ce site fait parti du Parc de Forillon, et en plus c’est un site historique.
Tourisme2-galene


Pétrole
Sur les rivages entre Douglastown et Anse-à-Brillant, en cassant certaines pierres, on y trouve parfois du pétrole qui s’est infiltré dans des petites cavités, indice qu’il y a du pétrole dans la région. En effet, deux compagnies exploitent présentement des puits de pétrole dans la région de Gaspé.
Tourisme2-petrole


Formations rocheuses du parc de la Gaspésie
Le parc de la Gaspésie est consitué de formations rocheuses volcaniques uniques en Gaspésie. Le mont Jacques Cartier est un pluton et composé presqu’entièrement de granite. Il date d’environ 400 millions d’années. Le mont Albert est composé de serpentine altérée et le mont Olivine… d’olivine. Ces formations d’origine volcanique datent d’environ 450 millions d’années.
Il y a plusieurs sentiers pédestres, menant à des paysages à couper le souffle.


Formations rocheuses du Parc de Forillon
Tourisme2-forillon3
Le parc Forillon se distingue par ses formations rocheuses et paysages uniques. Au moins six formations géologiques différentes se retrouvent dans le parc: (détails à venir)



Formations rocheuses du Parc de l’ile Bonaventure et du Rocher Percé

Tourisme2-perce2
En plus de son célèbre rocher percé, les formations rocheuses environnantes très diversifiées et spectaculaires valent le coup d’oeil. Une excursion au mont Ste-Anne, à la « grotte », ou simplement marcher jusqu’au rocher sont des activités intéressantes qui permettent d’admirer les différentes formations géologiques (Notez que depuis 2008 l’accès au Rocher est limité):

Le Rocher percé, le pic de l’aurore et les trois soeurs font partie de la formation des Calcaires supérieurs de Gaspé datant du dévonien inférieur. Il contiennent des fossiles de coquillages, coraux et trilobites.
L’Ile Bonaventure et le Mont Ste-Anne font partie de la formation de Bonaventure, conglomérat datant du carbonifère. Les agates et des jaspes y sont des composantes mineures.
Le Mont-Joli, près du Rocher percé, et la plage entre le Cap Barré et l’Escalier pour aller au Rocher fait partie de la formation Groupe de Chaleurs, habituellement fossilifère, mais recouvert par de la terre rouge provenant de la formation Bonaventure, lors de la dernière Glaciation, donc difficilement accessible.
La ville de Percé est située sur deux autre formation rocheuses, soit la formation de Coin-du-banc (Cambrien moyen à supérieur), visible entre le quai et le bord de la falaise sur la quelle se tient la maison au toit rouge, et la formation Groupe de Matapédia (Ordovicien supérieur et Silurien inférieur) visible à partir de la falaise ou arrête la formation précédente après le quai, jusqu’à un peu plus loin que l’ancien escalier d’accès au rocher (exception du Mont-joli)

Publicités